UEFA : Quid d’une troisième coupe ?

Stop ou encore ? Voici l’une des questions qui se pose après l’annonce par l’UEFA de la création d’une troisième Coupe d’Europe, en plus de l’actuelle Ligue des Champions et de la Ligue Europa.

Si le projet de la «C4» n’est pas nouveau et qu’il y a eu dans le passé des exemples récents de compétitions qui pouvaient s’apparenter à une troisième compétition, notamment la Coupe des vainqueurs de Coupes, le projet de l’UEFA concernant une troisième compétition qui verrait le jour en 2021 semble nourrir des ambitions nouvelles et qui sont sujettes à débat.

Quels intérêts ?

S’il n’est encore qu’au stade de projet, voici les grandes lignes qui sont aujourd’hui d’actualité : un tournoi similaire aux actuelles coupes européennes avec 32 équipes. La Ligue Europa profiterait de cette création pour passer de 48 équipes engagées à 32 grâce à la création de cette ligue parallèle. Faut-il se réjouir de voir 12 nouveaux clubs qui vont avoir la chance de disputer une compétition européenne ou s’attrister de l’élitisme dans lequel tend à s’enfermer la C1 et la C3 ? Aussi n’y a t-il pas un risque de surplus de match européens sans véritable intérêt ? Les deux points de vue paraissent valables, même s’il est évidemment clair que la Ligue des Champions tend à devenir de plus en plus réservée aux gros cadors européens et ressemble de plus en plus à un groupe de riches où les équipes plus obscures et moins exposées ne sont plus les bienvenues.

La démarche, si elle part d’une bonne intention, demande à être mise en place pour y vérifier plusieurs éléments : l’exposition de cette compétition par l’UEFA, (quelle place avoir lorsque les matchs européens s’étendent déjà sur 3 jours ?), l’intérêt qu’elle suscite auprès des clubs européens plus modestes et l’engouement généré auprès des fans de football. Lorsqu’on sait que la Ligue Europa (anciennement Coupe UEFA) a pris un certain temps avant de gagner en crédibilité, difficile de prédire un succès immédiat à cette troisième Coupe d’Europe qui mettra sans doute du temps avant de trouver sa voie.

La Ligue Europa en bénéficiaire ?

En passant de 48 à 32 équipes, la Ligue Europa pourrait bien être la grande bénéficiaire de la création de cette troisième coupe. Désormais prise au sérieux par bon nombre de clubs européens, la compétition pourrait profiter de cette réforme pour prendre encore plus de galon, et se rapprocher du modèle dessiné par la prestigieuse Coupe aux Grandes Oreilles. Mais quid de la troisième coupe ? Difficile d’imaginer des prestigieux clubs européens s’y intéresser et participer donc à l’exposition de cette nouvelle compétition. Il est probable qu’elle soit davantage l’apanage des clubs aux championnats modestes qui ne cracheront pas sur un titre européen à inscrire à leur palmarès, aussi peu prestigieux soit-il.

Bien que rien ne soit établi ni fixé, la sensation d’une segmentation toujours plus marquée et renforcée se fait ressentir. Car si les équipes plus modestes et confidentielles seraient ravies de prendre à part à une compétition de l’UEFA, l’impression que la C1 et la C3 vont ressembler à des ligues fermées prédomine. Pour en avoir le cœur net, il faudra observer le système de tours préliminaires que l’UEFA mettra en application pour cette nouvelle compétition et par voie de conséquence pour la Ligue Europa avec 32 clubs. Autre argument qui pèse dans la balance, le surplus de matchs à jouer pour les joueurs internationaux et les clubs. Lorsqu’on sait que les clubs ont déjà du mal à jongler entre le championnat, les coupes nationales, cette nouvelle compétition, qui ne s’annonce en rien moins épuisante que ses grandes sœurs, pourrait bien constituer la goutte d’eau qui fait déborder le vase. A suivre, et notamment pour les amateurs de cotes sur le football variées et novatrices.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *