Et si l’on arrêtait de sous-estimer les Girondins de Bordeaux ?

girondins de bordeaux

Bien loin de la médiatisation apportée à Monaco, Paris, Lyon et Marseille, Bordeaux n’est pas toujours mis en lumière à la hauteur des performances qu’il fournit depuis de nombreuses années maintenant. Rarement gagnant mais souvent placé, le club qui a vu passer Zinedine Zidane enchante de nouveau cette saison. L’occasion idéale d’arrêter de le sous-estimer. Enfin.

Actuellement cinquièmes du classement de la Ligue 1, les Girondins de Bordeaux sont toujours en course pour participer à la Ligue Europa la saison prochaine, que ce soit par le biais de la quatrième place directement qualificative ou de la cinquième, qualificative grâce au succès du PSG en Coupe de la Ligue. Une jolie performance de la part des hommes de Jocelyn Gourvennec, pas forcément attendus en début de saison après une dernière campagne couci-couça, et qui doit mettre en avant une tendance souvent oubliée : Bordeaux reste l’un des clubs les plus réguliers de l’Hexagone sur la dernière décennie.

Car si la saison dernière du club maritime n’avait pas soulevé les foules – onzième de Ligue 1 – malgré une demi-finale de Coupe de la Ligue, le parcours du club au scapulaire depuis dix ans mérite d’être souligné. Vainqueur d’une Coupe de France (2013), d’une Coupe de la Ligue (2008), trois fois sur le podium du championnat dont un titre de champion (2009) et participant à 7 campagnes européennes dont trois Ligue des Champions, cela a tout de même de la gueule, pardonnez-nous l’expression. Alors certes, que ce soit sous la houlette de Tigana, Gillot, ou Sagnol le club n’a jamais brillé sur le Vieux Continent – seul Laurent Blanc est parvenu à hisser le club au-delà des phases de poules de la LDC – mais sur le plan national peu d’institutions peuvent se targuer d’avoir fait mieux.

Mais alors, pourquoi tant de désintérêt de la part du grand public envers ce club mythique, qui aura tout de même vu passer dans ses rangs les Cantona, Deschamps, Giresse, Lizarazu, Papin, Trésor, Zidane, Micoud et autres Ramé, Chamakh et Gourcuff pour les plus jeunes ? Peut-être à cause d’un déficit d’épopées européennes récentes, ou de la concurrence successive de Lyon, Marseille, Paris puis de Monaco aujourd’hui. En tout cas, pas à cause d’un manque de fond de jeu cette année. Ceux qui affirment que Bordeaux n’est pas emballant cette saison feraient en effet preuve de mauvaise foi, statistiques à l’appui. Sixième meilleure attaque avec une moyenne d’un but et demi par rencontre, une possession de près de 50% à l’extérieur, près de 20 centres et 14 tirs par match en moyenne viennent par exemple garnir la feuille de route girondine depuis Aout dernier. Des données loin d’être anodines, et qui confirment le virage entrepris cette saison avec l’arrivée de Jocelyn Gourvennec et de sa philosophie offensive.

L’ancien coach de Guingamp est en effet parvenu à affirmer un peu plus les nouvelles ambitions bordelaises, après le passage initiateur de Willy Sagnol sur le banc de douche. Exit les grands gabarits, Bordeaux mise désormais sur la technique et la rapidité d’exécution devant à l’image de ses talents offensifs, Rolan, Kamano, Malcom et Jérémy Menez en tête. Le milieu de terrain, où les élégants Vada, Ounas et Plasil n’ont pas grand-chose à envier aux meilleurs milieux de l’Hexagone confirme d’ailleurs un peu plus la donne de ce revirement d’identité. Une identité qui se rapproche désormais des standards historiques du club, champion de France à six reprises dans le passé et finaliste de la C3 il y a une vingtaine d’année. Opposé à un autre historique ce vendredi, Saint-Etienne, Bordeaux est d’ailleurs loin de ne pas être attendu à Geoffroy Guichard (voir toutes les cotes ligue 1) et a l’occasion de mettre la pression sur Lyon en cas de victoire. La bande emmenée par Cédric Carrasso prendraient alors provisoirement place au pied du podium, et s’approcheraient davantage d’un billet européen. Avant, si tout va bien, de prendre définitivement leur envol sur les pelouses du Vieux continent l’an prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *