LE CALENDRIER DE L’AVENT #4

italie 3

Une semaine après avoir étudié et analysé les chances de l’Espagne pour l’Euro 2016, les spécialistes de la Team Wincomp’ ont décidé de s’attaquer à un autre monument du football européen, à savoir la Squadra Azzurra. Défaite en finale de l’édition 2012 par l’Espagne, les Italiens comptent bien ne pas subir à nouveau un tel affront et remporter une compétition qui les fuit depuis 1968, soit déjà 48 ans.

Groupe E : Belgique – Italie – Irlande – Suède

Vice-champions d’Europe en titre, les Italiens n’ont vraiment pas été gâtés au tirage car ils sont tombés dans l’un des groupes les plus relevés de la compétition, avec notamment la Belgique qui truste toujours la première place du classement Fifa, la Suède de Zlatan Ibrahimovic qui peut faire basculer un match à lui tout seul et l’Irlande, qui a réalisé une brillante campagne de qualification.

Malgré le groupe extrêmement compliqué dont elle devra s’extirpe, l’Italie n’en demeure pas moins l’un des favoris à la victoire finale des parieurs et des bookmakers . De plus, la lourde défaite concédée en 2012 a laisse un goût amer dans la bouche des supporters et des joueurs, qui aimeraient bien grimper une seconde fois sur le toit de l’Europe !

Les forces de la sélection :

Si l’on s’intéresse à leur parcours lors des qualifications, on ne peut que reconnaître l’application des Italiens qui ont fini en tête de leur groupe, devant la Croatie, mais qui ont surtout eu le mérite de ne jamais connaître la défaite (7V, 3N). Ce brillant parcours justifie d’autant plus le statut de favori des Italiens. La qualité et l’expérience de la défense italienne (Barzagli, Bonucci, Chiellini) ainsi que de son emblématique portier (Gianluigi Bouffon) sont quant à elles enviées par de nombreuses sélections et forment l’ossature de cette équipe. La défense sera, à nouveau, l’un des atouts maîtres de la sélection.

Aux nombreux talents défensifs hébergés dans ses rangs, la Squadra Azzurra peut également compter sur un effectif extrêmement fourni et de grande qualité au milieu de terrain. Même si l’emblématique Pirlo n’est pas certain de sortir de son exil doré aux USA et de faire le voyage jusqu’en France, Antonio Conte peut compter sur des joueurs de la qualité de Marchisio, Florenzi ou bien encore Marco Verratti, tous bourrés de talent et titulaires dans des grands clubs européens.

italie

Les points d’interrogation :

Les difficultés offensives :
Il est indéniable que la sélection italienne connaît des difficultés sur le plan de l’animation offensive et de l’efficacité devant les cages adverses. En effet, les joueurs transalpins n’ont réussi à trouver le chemin des filets qu’à 16 reprises uniquement lors des qualifications pour l’Euro (10 matchs) : on se souvient ainsi des victoires étriquées face à l’Azerbaïdjan (2-1 à l’aller) ou des deux victoires 1 à 0 contre Malte lors des deux matchs. Ce problème n’est cependant pas insoluble et est intimement lié à une autre difficulté rencontrée par la sélection italienne : la question des titulaires en attaque.

Quels titulaires en attaque ?
Si une sélection, à quatre mois d’une sélection internationale, semble encore éprouver des doutes sur l’identité exacte des joueurs qui constitueront son onze majeur, cela ne semble pas choquant au premier abord. Cependant la situation est bien plus complexe pour la sélection italienne où les titulaires des lignes arrières, du poste de gardien, voire quasiment du milieu sont indiscutables mais où il n’existe aucune certitude pour le front de l’attaque. En effet, aucun joueur offensif n’a réussi à suffisamment tirer son épingle du jeu pour apparaître indispensable aux yeux du sélectionneur Antonio Conte. Immobile, Eder, Insigne, Zaza, El-Shaarawy, voire même Balotelli les options demeurent multiples personne ne s’impose. De plus, le sélectionneur ne dispose ainsi pas d’un attaquant de classe internationale à sa disposition et ne peut que compter sur des joueurs encore inexpérimentés sur le plan international. Or plus ce problème perdure, moins les joueurs auront la possibilité de peaufiner leurs automatismes, ce qui risque de complexifier la tâche des Italiens.

La finale de la Coupe d’Italie :
Une polémique sur la date de la Coupe d’Italie a enfin récemment émergé de l’autre côté des Alpes. Organisée le 21 mai 2016, cette finale verra s’opposer la Juventus de Turin et le Milan AC. Or cette finale aura lieu à peine 3 semaines avant le début de l’Euro, ce qui laissera aux internationaux transalpins disputant la rencontre très peu de temps pour rejoindre leur sélection et s’entraîner avec leurs coéquipiers .

Capture d’écran 2016-03-03 à 15.33.44

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *