La France droit dans le mur ?

saint-etienne_bâle

Alors que les 16ème de finale d’Europa League viennent de s’achever, il est l’heure de dresser un premier bilan des clubs français en Coupes d’Europe. Et cette année encore, c’est la déception qui règne avec un seul club présent en 1/8ème de finale: le PSG. Une équipe hors catégorie qui masque les lacunes de notre football. L’arbre qui cache la forêt en somme.

Marseille et Saint-Etienne : les seuls représentants français en Europa League : 

 Du côté de l’Europa League, seuls Marseille et Saint-Etienne avaient réussi à s’extirper de la phase de poules – contrairement à Monaco et Bordeaux- pour atteindre les 16ème de finale. Opposés à Bâle, les Verts semblaient en mesure de passer cet obstacle et pourtant les hommes de Christophe Galtier ont montré leurs limites -notamment sur le plan mental- lors de cette double confrontation. Vainqueurs à l’aller au Chaudron (3-2), les Verts se sont finalement inclinés sur le fil en Suisse (2-1). Le plus rageant ne réside pas (seulement) dans la défaite, aussi douloureuse soit-elle, mais dans les circonstances de cette dernière. Menés tout au long du match, les Verts ont finalement trouvé les ressources pour revenir au score grâce à un but zlatanesque de Bayal Sall à la 90ème. Assez pour valider son ticket pour les 8ème? Bien que sur que non. Les Stéphanois ont montré toute leur inexpérience en matière de compétition européenne en encaissant un deuxième but à la… 92ème. La faute à pas de chance diront certains. La faute aussi, et surtout, à une célébration exagérée sur le but de Sall et à un manque de concentration total dans les dernières secondes.

bilbao_équipe_entière

Du côté marseillais, si le tirage semblait initialement beaucoup moins clément que pour leurs confrères stéphanois, il est certain que les joueurs de Michel rumineront pendant longtemps leur inefficacité offensive lors de cette double confrontation avec l’Athletic Bilbao. Si le score du match aller n’est pas illogique tant les Phocéens n’ont su mettre à mal ou bousculer la défense des Basques, le score du match retour risque de rester en travers de la gorge de nombreux joueurs (et supporters) marseillais.  Extrêmement combatifs et bien plus à l’aise loin du Vélodrome, les hommes de Michel ont joué le jeu jusqu’au bout mais au final le résultat demeure identique: nul (1-1) et élimination. Cette double éviction est d’autant plus tragique que pour la deuxième année consécutive il n’y aura aucun club français engagé pour les huitièmes de finale de l’Europa League. Il faut remonter à la saison 2009-2010 pour retrouver trace de deux clubs français en 8ème de finale. Une éternité.

ibra_psg_chelsea

En Ligue des champions le bilan est similaire. Incapable de passer les barrages face à Valence, Monaco n’a pas su reproduire son beau parcours européen de l’an dernier. Lyon, pour sa part, a préféré être ridicule dans un groupe a priori à sa portée. Reste le PSG, véritable ovni du foot français, en course pour accéder aux quarts et l’un des principaux favoris pour soulever la Champions League en juin prochain. Un paradoxe qui ne doit pas faire oublier les vrais problèmes de notre football et doit pousser les dirigeants du football français à prendre des solutions concrètes pour améliorer les choses. Histoire de combler le néant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *