LONDON CALLING

Chelsea 2-2 PSG

Comme l’an passé, comme il y a deux ans, le Paris Saint-Germain affronte Chelsea en Ligue des Champions. Outsiders les années précédentes, les Parisiens semblent, aujourd’hui, être les grands favoris. Analyse des différents facteurs clés de la rencontre.

Paris, taille patron

« Rêvons plus grand ». Le slogan du PSG version QSI n’a jamais semblé aussi réaliste. Avec une seule défaite au compteur cette saison toutes compétitions confondues (face au Real Madrid en Ligue des champions, 0-1), les parisiens impressionnent. Plus que jamais. Archi-dominateurs en Ligue 1, les hommes de Blanc ont assurément passé un cap. Celui qui implique de devenir l’un des clubs les plus respectés en Europe. Pas encore au niveau du Barça, du Bayern ou du Real mais vraiment pas loin, juste derrière dans la hiérarchie. Le jeu, les stars, la faim de titres… Paris possède tous les atouts. A tel point que, pour beaucoup, le PSG peut aller au bout cette année en Europe. Il suffit de jeter un coup d’œil aux cotes des bookmakers pour s’en rendre compte. Un statut de patron que Paris devra désormais assumer dans la plus prestigieuse des compétitions européennes.

Chelsea, cette bête blessée

_86570220_chelsea

Si il semble avoir toutes les qualités pour y parvenir, le PSG devra se méfier. Car le premier obstacle est de taille, n’en déplaise à certains. à la dérive en Premier League (13ème), Chelsea a les crocs. Et pour cause: lever la coupe aux grandes oreilles est la seule chance pour les Londoniens de revenir en C1 l’an prochain. Autrement dit, la Ligue des Champions est devenue vitale pour les Blues. Roman Abramovitch et ses hommes en ont bien conscience. Intrinsèquement, Chelsea à l’équipe et le talent pour soulever le trophée en mai. Dans les faits, il faudra voir si les anglais sont capables d’élever leur niveau de jeu face à Paris. On pense à des hommes comme Hazard, joueur de l’année en Premier League l’an passé et fantomatique cette saison, Fabregas, Matic, Ivanovic ou même Pedro. Tous ont beaucoup à prouver sur cette rencontre. Le facteur « revanche », si souvent déterminant en football, sera également à prendre en compte après la gifle de l’an passé (qualification épique des parisiens à Stamford Bridge en prolongation, 2-2). Invaincu en 2016, le champion d’Europe 2012 ne sera pas la victime annoncée par beaucoup. Question d’orgueil.

Diego Costaud

Diego Costa, a appuyé sur l’accélérateur en 2016. Méconnaissable en début de saison, l’hispano-brésilien, auteur de 9 buts en Premier League, et qui vient de scorer face à Arsenal et Manchester United, sera l’atout majeur des Blues offensivement. Implacable en 2016, l’ex de l’Atlético semble avoir retrouvé son meilleur niveau avec Hiddink. Car oui, Diego Costa n’est pas qu’un joueur violent, agressif, et tricheur. C’est aussi un sacré buteur. Un attaquant capable de rendre fou toutes les défenses. Aussi bien par ses vices que son talent. Thiago Silva et David Luiz sont prévenus. Diego sera plus motivé que jamais. 

Zlatan, c’est pour quand ?

LONDON, ENGLAND - MARCH 11: Zlatan Ibrahimovic of PSG holds his hand up in acknowledgement of the bad tackle he has just committed on Oscar of Chelsea during the UEFA Champions League Round of 16, second leg match between Chelsea and Paris Saint-Germain at Stamford Bridge on March 11, 2015 in London, England. (Photo by Mike Hewitt/Getty Images)

Penser « PSG » c’est penser « Zlatan ». Meilleur buteur de Ligue 1 (21 buts), Ibrahimovic n’a jamais semblé aussi fort. Affuté, le Z est comme le bon vin : il devient meilleur avec le temps. Reste qu’à 34 ans, le Suédois à encore pas mal de choses à prouver en Europe. Si on peut lui pardonner le fait de n’avoir jamais remporté la Champions League (son idole Ronaldo non plus, après tout), on doit aussi lui reprocher ses piètres performances sur la scène européenne. Trop rarement décisifs dans les tours à éliminations directes (que ce soit avec l’Ajax, la Juve, l’Inter, Milan, le Barça ou Paris), Ibra doit être la hauteur des ambitions du PSG version QSI en Europe. Surtout après son expulsion à Stamford Bridge l’an passé. La qualification parisienne dépendra, en grande partie, des prestations du meilleur buteur de l’histoire du club.

Di Maria et la bataille d’Angleterre

Transfert le plus cher de l’histoire de la Premier League la saison dernière, mais incapable de s’imposer à Manchester United, Di Maria aura à cœur de briller face à un club anglais. Indispensable à Paris, El Fideo a prouvé qu’il est bel et bien un joueur de classe mondiale. Buteur, passeur, dribbleur… Angel sait tout faire. Et il le fait (très) bien. L’Argentin, homme clé de la Décima du Real en 2014, pourrait bien faire pencher la balance du côté français. Histoire d’écrire l’histoire.

>> Suivez la rencontre PSG – Chelsea en direct !!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *