Affaire des paris truqués : Montpellier en pleine tempête

:C’est l’affaire qui agite l’actualité sportive et le monde du handball cette semaine en France : plusieurs joueurs de Montpellier sont soupçonnés d’avoir parié sur une défaite de leur équipe en fin de saison dernière contre Cesson, empochant de grosses sommes d’argent. Retour sur les faits.

;Le 12 mai dernier, Montpellier, assuré d’être champion, se déplace chez la modeste équipe de Cesson-Sévigné qui joue pour  son maintien en Division 1. Pour ce match, Montpellier est privé de plusieurs cadres (Luka et Nikola Karabatic, Mlanden Bojinovic, Vid Kavticnik, Samuel Honrubia…) et s’incline à la surprise générale 28-31. Dans le même temps, la Française des Jeux, alertée quelques heures auparavant d’une suite « d’éléments inhabituels enregistrés sur le montant des paris » suspend ses paris et informe l’ARJEL, organisme chargé de la régulation des jeux en ligne. En effet, le représentant du parquet de Montpellier a affirmé que 99,94% des très nombreux paris enregistrés avant 11 h du matin prévoyaient que Montpellier serait mené à la mi-temps. Les paris auraient tous été concentrés sur trois zone géographique : en Bretagne, à Paris et dans la région de Montpellier, éveillant les soupçons de la FDJ. On apprend ainsi que certains joueurs, à l’image de Luka et Nikola Karabatic, seraient passés par leurs compagnes pour faire ces paris. Ces dernières, Jeny Priez et Géraldine Pillet, doivent être présentées au juge d’instruction prochainement avec une mise sous contrôle judiciaire.

 :::::

L’information est apparue dans la presse la semaine dernière et depuis, c’est un tourbillon médiatique qui s’est emparé du club héraultais et du handball français. Avec pour point d’orgue, l’interpellation d’au moins 7 joueurs du MAHB (dont les frères Karabatic et Samuel Honrubia) et des membres du staff, notamment un kinésithérapeute, à la fin du match contre le PSG Handball dimanche à Coubertin. En garde à vue pendant plus de 36h, les joueurs concernés ont reconnu avoir parié mais pas triché selon leurs avocats. Selon ces derniers, en aucun cas les joueurs de Montpellier auraient laissé filer le match. Si cela s’avérait, les joueurs concernés risquerait une sanction sportive passable d’1 à 6 matchs de suspension et d’une amende pouvant aller de 1 à 25.000 euros. Dans le cas contraire, ce serait une infraction pénale et là, les conséquences pourraient être beaucoup plus dramatiques. Selon la loi de Février 2012, la peine pourrait aller jusqu’à 5 ans de prison et 75.000 euros d’amende. Comment parier?

 ;;;;;;;;;;;

Une mise en examen devrait être lancée à leur encontre à leur retour à Montpellier dans la journée de mardi par le procureur de la République pour « délit de corruption ». En effet, le procureur de la République a parlé « de très fortes suspicions sur le non-respect de l’éthique sportive » vis-à-vis des joueurs concernés. En effet, ce qui n’aide pas la défense, c’est que Dragan Gajic, le gardien montpelliérain également soupçonné, était présent lors du match contre Cesson. Se pose alors la question de savoir s’il est possible de jouer normalement lorsqu’un protagoniste a engagé personnellement de fortes sommes sur la défaite de son équipe, même si ce n’est que sur une mi-temps. Lundi, le club de Montpellier a communiqué à travers Patrice Canayer, manager général et Rémy Lévy, président. Ces derniers ont affirmé que le club prendrait les décisions nécessaires en accord avec la justice et qu’en cas de faute pénale, ils n’hésiteraient pas à licencier ceux qui « ont trahi les valeurs du club ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *