Hooligans : quand la violence prend le dessus

Le hooliganisme n’est pas un phénomène récent comme on pourrait le croire. Dès le XIXe siècle le football a engendré de la haine chez les supporters. Les groupes violents se multiplient même dans les tribunes anglaises, avant que le phénomène ne se développe dans l’Europe entière. Retour sur quelques incidents marquants. 
.
1885 : Preston North End – Aston Villa
.

.
Le championnat d’Angleterre n’est même pas encore créé quand Aston Villa reçoit Preston en amical. Le match est à sens unique : 5-0 pour Preston North End. Les supporters d’Aston Villa ne supportent pas l’humiliation de leur équipe et s’attaquent violemment aux joueurs : jets de pierres, coups de baton, tout y passe. Un joueur de Preston, futur premier vainqueur du championnat est même assommé. Un des premiers cas de hooliganisme.
.
.
1932 : Le Havre – Rouen
.

.
Premier acte notoire de hooliganisme en France. Bien avant nos OM-PSG actuels, les spectateurs français se déchaînent pour le derby normand, entre Le Havre et Rouen. Cette année, les Havrais sont balayés à domicile par leur principaux rivaux : 6-1 pour les Rouennais. La réaction des supporters havrais est d’une rare violence. Ils saccagent leur propre stade, et y mettent le feu. La principale tribune est entièrement détruite. De quoi faire passer les Boulogne Boys pour de gentils Bisounours.
.
.

1974 : Blackpool – Bolton
.

sdfgsdfgsd

.
Le début des années 1970 marque le début d’une nouvelle ère pour le hooliganisme. Les groupes organisés se multiplient, surtout en Angleterre. Le tournant se fait en 1973-1974. Lors d’un match de deuxième division, un jeune supporter de Blackpool est poignardé à mort par un groupe de supporters de Bolton. Suite à cet incident se forme un des groupes les plus violents du pays, les Muckers (que l’on peut traduire par « bons potes ») de Blackpool. Une organisation qui sème la terreur dans les années qui suivent.

.

.
1985 : Liverpool – Juventus
.

.

.

Le drame du Heysel est une des pires tragédies que le football ait connu. Il ponctue l’apogée du hooliganisme dans les années 80. Le contexte : des supporters anglais envahissent une tribune peuplée de supporters italiens, avant la finale de la Coupe d’Europe des clubs champions, ce qui cause une bousculade. Bilan : 39 morts, 600 blessés. Et une énorme prise de conscience du problème hooligan, qui entraîne des mesures drastiques (interdictions de stades, etc).

.

.

2007 : Catane – Palerme

.

.
..
En février 2002, le derby sicilien de la Serie A tourne aux émeutes. La tension est extrêmement vive lors du match. Les supporters de Palerme arrivent avec beaucoup de retard dans le stade, et très vite les visiteurs marquent un but controversé. Sous une pluie de bombes agricoles, le match est suspendu 40 minutes. Ce sont finalement les joueurs de Palerme qui s’imposent, ce qui provoque des violences dans toute la ville. Un policier meurt dans les échauffourées.
.

.
2010 : Italie – Serbie

.

..
En octobre dernier, l’Italie reçoit la Serbie en éliminatoires de l’Euro 2012. Le match se déroule à Gênes et dure 6 minutes, avant de se faire arrêter par l’arbitre. La faute aux supporters serbes qui défoulent leur haine dans les gradins, contre leurs propres joueurs. C’est finalement contre la police italienne que se continue la partie. L’Europe de l’est est bel et bien devenu le nouveau terreau du hooliganisme.
.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *