L’équipe-type : apéro

.Une fin d’après-midi ensoleillée, des amis au rendez-vous, les boules de pétanque sorties du garage, le bruit des glaçons. Ce rituel estival qu’est l’apéritif compte beaucoup de pratiquants, surtout chez les footballeurs.
Notre 11 type.

Gardien :
.
Pascal Olmeta :
Nous n’avons aucune preuve, mais un gardien passé par Marseille, Toulon, Bastia et Ajaccio aime forcément le pastis.
.
.

Défenseurs :
.
Tony Adams :
Le défenseur anglais est bien connu pour avoir la descente facile. Il ne vous trahira jamais à l’heure de l’apéro. Ce qui lui a d’ailleurs posé problème : il a fait de son combat contre l’alcoolisme un livre à succès (« Addicted »).
.
Souleymane Diawara :
Le rugueux défenseur de l’OM traîne une belle réputation de fêtard. Il lui arrive de promettre champagne et boîte de nuit pour motiver ses coéquipiers. Sa défense? « Je suis un mec qui picole, picole, picole, et je fais partie des meilleurs défenseurs en France. Si c’est ça, il y en a qui devraient picoler. »
.
Marcos Alonso :
Parce qu’on ne répetera jamais assez que celui qui conduit, c’est celui qui boit pas. Le jeune défenseur espagnol de Bolton a été inculpé en mai d’homicide par imprudence, après avoir conduit en état d’ivresse.
.
.

Milieux :
.
Steven Gerrard :
Comme tout bon Anglais, le milieu de terrain a deux passions : la bière et la pop. En décembre 2008, il termine devant les tribunaux pour s’être attaqué violemment à un DJ en boîte de nuit. Normal, celui-ci refusait de passer un tube de Phil Collins.
.
Paul Gascoigne :
« Gazza » est resté dans l’histoire du football autant pour son talent de milieux offensif que pour ses frasques alcoolisées. Alors à Tottenham, sa carrière est freiné par des blessures lourdes de sens : rupture des ligaments croisés alors qu’il commet une faute, puis accident de boite de nuit. Pour la petite histoire, il comptait comme fan illustre un certain Jean-Paul II.
.
Ronaldinho :
A Paris, on le croisait plus souvent sur les Champs Elysées qu’au Camp des Loges. A Barcelone puis Milan, des sorties nocturnes à n’en plus finir. Arrivé à Rio l’hiver dernier, il est très vite aperçu éméché en plein carnaval.
Une solution? Auxerre.
.
Stéphane Dalmat :
Très prometteur à ses débuts, l’ancien Parisien a sacrifié sa carrière pour l’amour de la boisson. Déjà condamné à de la prison avec sursis pour s’être battu avec des policiers, puis s’être fait attrapé pour conduite en état d’ivresse, il récidive cette année, le soir de la Saint Valentin. Ah, l’amour…
.
.

Attaquants :
.
George Best :
L’attaquant nord-irlandais est une légende dans son domaine. Il multiplie durant sa carrière les apparitions complètement ivre : à l’entraînement, en plein match, à la télévision. Le Ballon d’Or 1968, très populaire, est le seul footballeur à avoir donné son nom à un aéroport (à Belfast).
.
Sidney Govou :
Govou a un lourd passif d’amoureux de la bouteille. Surnommé « whisky-coca » par ses anciens coéquipiers lyonnais, il a été contrôlé à 2,6g, avant de se faire retirer le brassard de capitaine de l’OL, et menacer de se faire licencié par le Panathinaikos suite à ses excès.
Mais plein de bonne volonté pour se faire pardonner, Sidney a récemment signé à Evian.
.
Brandao :
« Je l’ai pas touché ». La fille, on ne sait pas, la bouteille, oui. Mis en examen pour une affaire de viol à la sortie d’une boîte de nuit, l’ancien attaquant de l’OM a reconnu être ivre au moment des faits. Une fuite au Brésil, et le voilà tranquille pour profiter de la plage et du beau temps.
.

Bonus :
.
Pour un match équitable, il nous faut un arbitre :
Le togolais Kokou Djaoupe, qui a officié lors de la finale 2010 de la Ligue des Champions africaine, a été accusé de « dégager une odeur nauséabonde d’alcool » lors de ce match.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *