Nouveau quotidien sportif à l’horizon : le 10 Sport

Le numéro 10 est mythique dans le monde du football. Après avoir été porté par Zidane ou encore Platini. Le 10 sport va essayer de se faire une place au soleil dans les kiosques à compter du 3 novembre, et il sera vendu au prix modique de 50 centimes d’euros et diffusé 7 jours sur 7.

Il se présentera sous la forme d’un tabloïd avec 20 pages de rédactionnel et 4 pages de pub.

Le 10 sport s’attaque directement au mastodonte de l’information  sportive L’Equipe, et vise tout de même 100 000 lecteurs. Alors que, dans le même temps,l’Equipe vend en moyenne, 332 000 exemplaires.

C’est un défi audacieux que de jouer sur le même terrain que L’Equipe. C’est le défi de Michel Moulin, ancien conseiller sportif du PSG qui a déjà lancé le challenge d’un 2ème club à Paris

Michel Moulin a déjà une expérience significative de la presse car il est l’ancien patron du gratuit Paru Vendu. Michel Moulin est associé avec le groupe Next Radio TV, le groupe d’Alain Weill dont la participation est de 19%. Alain Weill qui a tout de même boosté RMC et qui a lancé BFM TV.

Michel Moulin détient lui 66% du quotidien. Par rapport au contenu journalistique, RMC Sport, agence de contenus sportifs fournira 12 pages par jour au quotidien de Michel Moulin. RMC Sport regroupe tous les journalistes sportifs travaillant pour Next Radio.

« Il y a de la place pour 2 ou 3 quotidiens sportifs en France. C’est le cas dans les autres pays européens, alors pourquoi pas en France ? », a déclaré Michel Moulin, lundi soir, au point.frIl compte recruter quelques dizaines de journalistes sportifs pour rédiger 8 pages par jour.

Michel Moulin va tenter de bousculer la toute puissance de l’Equipe sur le marché de la presse écrite sportive. La dernière tentative remonte, il y a plus de vingt ans, en 1987 lorsque Le Sport fut lancé par Xavier Couture, Jérôme Bureau, René Tezé et Patrick Blain. L’aventure de Le Sport n’aura duré qu’un an et arrête sa publication dès 1988.

Michel Moulin n’est pas impressionné par le challenge et lance sur le ton de la plaisanterie « Quand j’ai lancé Paru Vendu, on m’a dit que j’étais fou. Ce n’est pas ce qui va m’arrêter ! » Il estime atteindre la rentabilité d’ici quelques mois et n’a pas souhaité dévoiler  le montant exact de son investissement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *