Politique de lutte contre la corruption dans les paris en ligne – affaire Davydenko

L’actualité du pari en ligne a été marquée par le scandale de la corruption (condamnation d’arbitres, de sportifs).  Il semble intéressant de décrire l’affaire Davydenko, qui ébranle le monde du tennis…

.
Nikolay Davydenko a déclaré qu’une brève conversation avec son épouse Irina pendant un match de tennis avait peut-être déclenché accidentellement le scandale des paris sportifs suspects qui ternit sa réputation depuis l’an dernier.
.

Le Russe, quatrième joueur mondial, est dans le collimateur en raison de sa défaite face au modeste Argentin Martin Vassallo Arguello lors du tournoi polonais de Sopot, en août 2007. Davydenko avait abandonné le match et tout serait rentré dans l’ordre si ce match n’avait donné lieu à un nombre anormalement élevé de paris en ligne.
.

Davydenko a exposé mardi sa théorie. « J’ai parlé en russe avec ma femme sur le court, il est peut-être possible que je lui aie dit que je ne voulais pas jouer ou que je pouvais abandonner », a-t-il expliqué après sa défaite au premier tour du tournoi de Wimbledon 6-4 6-4 6-4 face à l’Allemand Benjamin Becker.
« Parce que nous jouions à Sopot et que de nombreux Russes regardaient ce match, a-t-il ajouté, certains ont pu comprendre (mes propos). » Et les exploiter en pariant sur l’inattendue victoire d’Arguello.
.

Le joueur russe, qui est âgé de 27 ans, a dit avoir transmis toutes ces informations aux enquêteurs qui tentent de faire le jour sur le scandale des paris en ligne.
Davydenko, soupçonné par certains d’avoir truqué ce match, dit vivre depuis un « cauchemar » mais ajoute qu’il est confiant dans l’issue de la procédure.
« D’après mon avocat, la décision devrait être rendue en juillet », a-t-il dit. « Nul ne peut rien prouver. Parce que s’ils avaient trouvé quelque chose à mon sujet, ils m’en auraient déjà informé ou en auraient informé mon avocat. »
.

Le mois dernier, les instances du tennis ont révélé que 45 matches professionnels ayant donné lieu à des paris anormaux ces cinq dernières années devaient faire l’objet d’enquêtes approfondies.
L’ATP, qui gère le circuit masculin, la WTA, qui gère le circuit féminin, la Fédération internationale de tennis et les organisateurs des quatre tournois du Grand Chelem se sont mis d’accord pour créer une instance chargée d’enquêter sur les matches suscitant des soupçons.
L’ATP a parallèlement interdit aux joueurs d’avoir accès à des ordinateurs portables pendant les tournois. Dans l’objectif de les empêcher de parier ou de communiquer avec des parieurs potentiels…
.

A Wimbledon, la sécurité a été renforcée dans les vestiaires, où seuls les joueurs et leurs entraîneurs sont désormais autorisés. L’objectif est d’éviter que des membres de leur entourage ne puissent y obtenir des informations susceptibles de servir à des paris.
Aucun joueur n’a été reconnu coupable d’avoir truqué un match mais cinq Italiens ont été suspendus pour avoir enfreint les règles encadrant les paris en ligne sur le circuit. Rien n’indique qu’ils aient tenté d’influencer l’issue de matchs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *